banner_bleu.png

Le Lait

Si on n’allaite pas, on passe au lait de croissance.

QUEL LAIT ?

Du lait maternel ou lait infantile de croissance.

Pourquoi autant ?

Bon à savoir : 500ml de lait infantile = 90% des besoins de fer journaliers d’un enfant de moins de 3 ans. Le fer renforce les défenses immunitaires et permet aux jeunes enfants de lutter contre les virus et diverses infections. Le lait infantile est également enrichi en acides gras essentiels et en vitamines.

Si on allaite, le lait maternel étant pauvre en fer, il est nécessaire de demander à son pédiatre si l’on doit donner un complément à son enfant.

QUELLE QUANTITÉ ?

Environ 500ml lait par jour soit 2 biberons (jusqu'à ses 3 ans).

Points de vigilance

Ne pas substituer par des laits « classiques » pour adultes ni par des laits ou boissons d’origines végétales qui ne sont notamment pas assez riches en fer pour assurer le plein développement des jeunes enfants.

Ne jamais donner de lait cru avant 5 ans.

banner_vert2.png

Les autres produits laitiers

Si ce n’est pas déjà fait, on introduit le fromage.

Quels produits laitiers ?

On continue à proposer des laitages classiques (yaourt nature, fromage blanc, petit-suisse), et on propose des morceaux de fromage pasteurisé.

Bon à savoir

Les yaourts "spécifiques pour bébé" n'apportent rien de plus que les yaourts classiques d'un point de vue nutritionnel - mais ils sont pratiques car n’ont pas besoin d’être conservé au frigidaire.

Dans quelle quantité ?

Pas plus d'un laitage par repas (soit du lait, 1 yaourt ou 2 petits suisses) donc 2 produits laitiers “autres” que le lait par jour.

Points de vigilance

Eviter les laitages déjà sucrés, aux fruits ou aromatisés (davantage riches en sucre).

Ne pas proposer de fromage au lait cru avant 3 ans.

 
banner_rouge.png

Fruits & légumes

On propose des plus en plus de morceaux et on introduit les crudités.

Quels fruits & légumes ?

On peut proposer tous les fruits et légumes.

Toujours bien lavés et épluchés.

Bon à savoir

Rajouter 1-2 cuillères à café de matières grasses dans les purées est bon pour le développement du cerveau.

Il est recommandé de cuire à la vapeur, à l’eau ou à l’étouffée pour préserver tous les apports nutritionnels.

Quelles quantités ?

Les légumes : ~200g par repas, 2 fois par jour à midi et le soir.

Les fruits : ~100-120g par repas, 2 fois par jour, à midi et au goûter ou au dîner.

points de vigilance ?

Eviter le sel et le sucre.

Veiller encore à bien enlever ce que l’enfant n’est pas en mesure de mâcher et qui pourrait provoquer une fausse route : pépins, peau, noyaux, etc.

roberta-sorge-142255-unsplash.jpg

Les matières grasses

Importantes à rajouter dans les purées (maison et/ou petits pots) pour le développement du cerveau.

LesQuelles ?

Privilégier les huiles végétales (noix, colza, tournesol, olive, etc.). Proposer aussi du beurre, de la margarine riche en oméga 3 et de la crème fraîche.

Bon à savoir

Il est recommandé de varier au maximum entre les matières grasses, chacune ayant des apports spécifiques. Certaines huiles ont cependant un goût fort pas toujours apprécié des enfants (e.g. l’huile d’olive).

QUELLES QUANTITÉS ?

1 à 2 cuillères à café d'huile ou noisettes de beurre par purée.

POINTS DE VIGILANCE

Il faut rajouter la matière grasse dans les plats en fin de cuisson pour ne pas perdre leurs apports nutritionnels (parce que sa richesse en acides gras essentiels est détruite à la cuisson) - à l’exception de l’huile d’olive qui peut être rajoutée pendant.

Pour le beurre ou la crème fraîche, toujours les choisir pasteurisés (pas donner de lait cru avant 5 ans).

Éviter les fritures.

 
erol-ahmed-399674-unsplash.jpg

La Viande, le poisson & les ŒUFS

On augmente les quantités.

Lesquels ?

On peut proposer toutes les viandes : blanches ou rouges. Pour une option économique, penser au jambon cuit (sans couenne).

On peut proposer tous les poissons : gras, maigres, frais ou surgelés.

Bon à savoir

Le thon, les sardines en boite ou le poisson surgelé sont des alternatives pratiques et économiques au poisson frais.

Les apports en fer présents dans les protéines sont importants pour assurer la croissance l’enfant. Mais attention à respecter les quantités. On a tendance à en donner trop en France, ce qui est néfaste pour les reins et peut augmenter les risques de surpoids.

quelles quantités ?

~30g de viande ou de poisson (soit 4 cuillères à café ) ou ½ œuf par jour.

Avant 3 ans, essayer de ne pas proposer du poisson plus de 2 fois par semaine et pas le même poisson plus de 2-3 fois par mois.

Points de vigilance

Toujours bien faire cuire la viande et le poisson, en particulier les steaks hachés (risque de salmonellose), mais aussi les œufs (à proposer durs et mixés ou en omelette bien cuite).

Essayer de varier les sources d'approvisionnement et les espèces du poisson.

A proscrire : la charcuterie, la viande ou le poisson cru ou fumée.

A éviter : le poisson pané.

banner_orange.png

Féculents

On introduit les légumineuses (aussi appelés légumes secs) et le pain.

Quels féculents ?

On peut commencer à proposer tous les féculents y compris les légumineuses (e.g. haricots blancs et rouges, lentilles, flageolets, fèves, pois chiches, etc.).

Bon à savoir

Ordre de grandeur par portion : environ 1/3 de féculents et 2/3 de légumes.

Quelles quantités ?

1 fois par jour en petite quantité, en fonction de l'appétit de l'enfant.

Point de vigilance

Le pain ne doit pas remplacer les autres féculents au cours d’un repas.

Il doit être proposé en complément : en plus d’un biberon de lait au petit-déjeuner ou au goûter avec un laitage par exemple.